1906 Landeleau frappé d’Interdit

L’interdit était une arme puissante de l’église du Moyen Age. Une paroisse frappée d’interdit ne pouvait plus " célébrer les offices, administrer les sacrements de l’eucharistie, de l’ordre et de l’extrême onction."

Plus de sonneries de cloches, portes de l’église fermées...

Le pape Martin V ( 1368 - 1431 ) atténua ces rigueurs, et chacun pensait que ces sanctions appartenaient à des temps révolus..

Pourtant, en mars 1906, à la suite des inventaires, et sur décision de l’évêque, Landeleau allait à nouveau connaître l’interdit.

LANDELEAU, mars 1906

Son vicaire, M. Le D., "avait été arrêté pendant le crochetage des portes de l’église. On lui avait même passé les menottes. Relâché, il fut une nouvelle fois arrêté et emprisonné à Châteaulin."

"L’évêque décide alors de supprimer tout service religieux dans la paroisse de Landeleau."

"Le vicaire comparaît le 21 mars 1906 devant le tribunal de Châteaulin, sous l’inculpation d’outrages au maire, rebellion et coups aux gendarmes". Il écope d’un mois de prison.

Le recteur de la paroisse comparaît lui aussi. Il est condamné à payer une amende de 200 fracs ( peine confirmée en appel, le 3 mai 1906 ).

Sources : Cahiers de l’Iroise juillet 1976 et Semaine religieuse du 9 mars 1906

Annonces

  • Prochaine réunion

    Le groupe LAICITE AUJOURD’HUI poursuivra ses travaux le mercredi 4 octobre, 18-20 heures, à la maison des associations, 26 rue maréchal Foch à Concarneau.

    Thème du jour : à déterminer

    Questions d’actualité

    Bonne rentrée à chacune et à chacun