Le Folgoët, septembre 2007, ouverture d’une quatrième classe à l’école publique ! L’application de la loi Glavany aurait-elle permis ce dénouement ?

, par  Annie Le Bris

Le Folgoët, commune de 3400 habitants dans le Léon Finistérien appelé aussi "Terre des prêtres". Ici, comme dans 33 communes du département, il existe une seule école qui est privée catholique.

Les jeunes couples qui s’installent dans la commune devenue banlieue pavillonnaire de Brest, n’acceptent pas ce monopole catholique et demande la céation d’une école publique.

"Nous avons cru que ce serait facile" commente le vice-président du comité de parents créé par une vingtaine de familles. C’était compter sans les résistances culturelles particulièrement tenaces dans cette région.

Fin mars 1999, malgré le dossier argumenté du comité qui démontre que la population de la commune augmente de façon régulière et souligne que tous les enfants ont le droit à une école publique, laïque et gratuite, le conseil municipal rejette la demande à la quasi-unanimité, arguant que les effectifs sont en baisse, que l’école publique de Lesneven située à trois kilomètres suffit pour assurer la liberté de choix des parents et que la construction d’une école neuve coûte trop cher pour une commune déjà endettée.

C’est oublier la loi Gobelet de 1886 qui impose à toutes les communes de France d’avoir une école primaire publique.

Après une annulation de la délibération du conseil municipal par le tribunal administratif de Rennes et l’injonction de la préfecture de rouvrir le dossier, le maire ne peut plus refuser la création.

En avril 2000, 26 élèves sont inscrits, mais la municipalité freine toujours des deux pieds. Les élus de 13 communes du secteurs prennent position pour le maire du Folgoët, un report d’ouverture est proposé .

Le sujet provoque toujours maints remous dans les conseils municipaux ; les parents interpellent le préfet pour faire avancer le dossier et les parents de Lesneven soutiennent la demande de création, leur école étant elle-même saturée, ne peut plus accueillir tous les enfants du Folgoët.

Enfin, après de nombreux débats, en janvier 2001, une école intercommunale est approuvée. Elle s’est ouverte à la rentrée 2001 avec 21 élèves.

A la rentrée 2007, elle ouvrira sa quatrième classe avec près de 90 enfants.

Tout fonctionne bien à l’école publique où les locaux vont s’agrandir pour accueillir le restaurant scolaire.

Bonne continuation !

Annonces

  • Prochaine réunion

    Le groupe LAICITE AUJOURD’HUI poursuivra ses travaux le mercredi 7 juin, 18-20 heures, à la maison des associations.

    Thème du jour : France, république indivisible... sociale voir article

    Questions d’actualité