Les Français, la laïcité et le rôle des religions

, par  Pierre Bleuzen

Il s’agit du titre d’un sondage réalisé par l’IFOP pour le journal La Croix ( 10 mars 2008 ). Même s’il ne s’agit que d’un sondage, les indications qu’il apporte sont, pour certaines, encourageantes.

LES REPONSES

A/ Dans l’ordre des grands principes républicains, LA LAICITE arrive en 2ème place ( après le suffrage universel 41% et avant la liberté syndicale 12% ) ; et surtout elle progresse de 5 points par rapport à 2003 : son score passe de 25 à 30 % ( 35% dans la tranche 15-24 ans ).

Chez les catholiques pratiquants : 19 %, non pratiquants : 29 %

Pour les "autre religion" : 32%

Pour les "sans religion" : 38%

B/ Faut-il modifier la loi de Séparation ?

71 % des français répondent NON ( en léger recul / 2003 : 3 points ) ( le score est de 79 % chez les 25-34 ans)

C/ Faut-il modifier certains articles ?

21% le pensent ( + 3 points / 2003 ) ( 17% chez les moins de 35 ans )

D/ Faut-il supprimer la loi ?

7% ( 10% chez les 50 - 64 ans )

E/ "Les religions peuvent créer des tensions au sein de la société."

87% des personnes interrogées le pensent ( 90% chez les moins de 50 ans, 80% chez les plus de 65 ans )

74% des catholiques pratiquants le pensent aussi, 92% des non pratiquants

"autre religion" : 77 %

"sans religion" : 89%

F/ "Les religions peuvent contribuer à transmettre aux jeunes des repères et des valeurs positives : respect de l’autre, tolérance, générosité."

79% des personnes interrogées le pensent

96% des catholiques pratiquants, 83% des catholiques non pratiquants

"autre religion" : 87%

"sans religion" : 60%

G/ "La laïcité doit consister à respecter toutes les croyances et ne doit pas considérer les religions comme un danger mais comme un atout pour la société."

79% des personnes interrogées le pensent ( un peu plus les femmes que les hommes. 82% chez les moins de 35 ans )

94% des catholiques pratiquants, 81% des catholiques non pratiquants.

95% pour les "autre religion"

64% pour les "sans religion"

H/ La religion relève de la vie privée et les autorités religieuses ne devraient pas prendre position publiquement sur les grands enjeux de société.

77% des personnes interrogées le pensent

I/ Croire en Dieu, c’est une aide et un soutien dans la vie de tous les jours.

60% des personnes interrogées le pensent

94 % des catholiques pratiquants

64% des catholiques non pratiquants

73 % des "autre religion"

29 % des "sans religion"

JPEG

2 remarques au sujet du questionnaire ( E, G et H ) :

- La croyance est avant tout une affaire personnelle, intime même. Nul ne croit de la même manière que son voisin. Aussi, la religion n’a pas à être considérée en elle-même comme un atout ou un danger pour la société : tout dépend de ce que chacun en fait ( Il convient cependant de veiller à ce qu’elle ne soit pas instrumentalisée, à des fins partisanes en particulier ). Dans notre modèle républicain basé sur la séparation du domaine public et de la sphère privée, la religion n’a aucune vocation à régir la société , même si certains croyants le revendiquent.

- A mon sens, les communautés religieuses ont tout à fait le droit d’exprimer leur avis sur telle ou telle question sociale, mais en aucun cas, elles ne doivent se mettre en position d’imposer leurs vues : dans notre République, c’est le citoyen qui décide, et lui seul, quelle que soit son option philosophique.

COMMENTAIRES

Il ressort de ce sondage "la place importante que les français accordent à la laïcité au sein du pacte républicain, ... loin devant la liberté syndicale, la liberté d’association ou la libre constitution de partis politiques" écrit Nicolas Seneze, journaliste à La Croix.

"Il y a une forte stabilité par rapport à 2003 : on est donc là face à quelque chose de solide et de structuré" ajoute Jérôme Fourquet, du même journal.

Il est à noter que les catholiques pratiquants ne veulent absolument pas revenir sur la loi de Séparation. Un consensus existe , dans notre pays, pour la conserver en l’état. La laïcité est un choix fondamental des français, en particulier des jeunes français.

Les partis politiques ( de tous bords ) - et aussi le chef de l’Etat- devraient en tenir davantage compte, tout comme les médias d’ailleurs...

"Pour les français, la religion relève de la vie privée, et la vie publique doit être régie par la République laïque... conclut Pierre Baccara ( Riposte Laïque ) ... Les jeunes exigent le primat du politique sur le religieux... Sur bien des questions, la différence entre hommes et femmes est insignifiante, ce qui traduit une émancipation croissante des femmes par rapport à l’influence religieuse du passé sur leur socialisation."

Nous sommes très loin des clichés entretenus par certains : la laïcité n’est pas antireligieuse.

La liberté reste une conquête quotidienne, et les français ont perçu depuis bien longtemps les possibilités qu’offre le cadre laïque dans ce domaine. Il est vrai qu’il leur suffit d’ouvrir la fenêtre et de regarder ce qui se passe au Moyen Orient, en Inde, au Pakistan, en Afrique ... ( et aussi tout près de nous parfois ).

B.P.

Annonces

  • Prochaine réunion

    Le groupe LAICITE AUJOURD’HUI a prévu de poursuivre ses travaux le mercredi 4 octobre, 18-20 heures, à la maison des associations, 26 rue maréchal Foch à Concarneau.

    Thème du jour : à déterminer

    Questions d’actualité

    Prochain rendez-vous : le forum des associations, le 9 septembre au Porzou

    Bel été à chacune et à chacun